Un pays endormi sur ses lauriers culturels

Le journal La Repubblica dresse un constat sans concession sur la vitalité culturelle italienne. Alors que l’Italie possède un patrimoine culturel d’une richesse inestimable, la culture se perçoit d’abord comme la conservation du patrimoine et non comme une activité de création. Ce sont du moins les conclusions du rapport de Federculture (une fédération d’individus et d’associations oeuvrant dans le domaine cultuel).

Le Royaume-Uni consacre 10 millions de livres à un plan de formation culturelle et les Pays-Bas viennent d’allouer 15 millions d’euros aux industries qui font appel à des créateurs. Dans le même temps, si l’Italie reste leader dans le secteur du design et est deuxième pour l’exportation de produits de création, après la Chine, la part des budgets consacrée à la formation des nouveaux talents diminuent.
Pourtant, le secteur culturel est plein d’avenir et il est temps que patrimoine, culture, design et industries créatives soient considérés d’un même regard. A titre d’exemple, la France se situe au 4ème position derrière l’Australie, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne en termes d’attractivité internationale et 80% des touristes déclarent venir en France pour l’image culturelle qu’elle dégage. Pas étonnant dès lors que les Musées français figurent parmi les plus visité au monde, loin devant les musées italiens. Paradoxalement, une fois sur place, les touristes ne sont plus que 17% à effectivement visiter des lieus dits culturels (selon une étude ODIT-France). Faut-il dès lors en conclure que la France vit également sur ses lauriers culturels ? Une chose est certaine, il faut continuer à travailler pour que le secteur culturel continue à s’épanouir.

 

L’Europe, loin des projecteurs et des écrans de télévision

La France a beau faire partie des pays fondateurs de l’Europe, les 6 chaines hertziennes nationales n’y consacrent pas pour autant un large temps d’antenne. A peine 17% des sujets télévisés sont consacrés à l’information internationale, et 2,5% aux institutions européennes. Et lorsqu’elles s’intéressent à l’actualité des pays européens, les rédactions se tournent d’abord vers nos proches voisins : 884 sujets consacrés à la Grande-Bretagne contre 18 sujets sur le Luxembourg, 6 sur Chypre et 3 sur la Lettonie. En revanche, les Etats-Unis sont la première puissance mondiale à être citée dans les journaux télévisés.

 

Comment s’étonner dès lors du désamour qu’entretiennent les Français avec l’Europe ? Pourtant, la Commission européenne, le Parlement européen sont des acteurs quotidiens de l’actualité. Espérons qu’avec la Présidence française de l’Union Européenne, ce désamour va changer. A moins que l’actualité soit (encore) consacrée à Nicolas Sarkozy, qui sans surprise, occupe la première place des personnalités présentée au JT.

 

Source : ina’stat – juin 2008