Les ambitions de chacun et chacune sont légitimes, mais pas au détriment des valeurs qui nous unissent

Une bonne mobilisation pour nos deux votes de jeudi dernier, preuve que les enjeux internes attirent toujours autant de camarades. Le texte de la convention « égalité réelle » a recueilli un large consensus, tant dans la section (84% de oui) qu’au niveau fédéral (76%), de même pour les sénatoriales où le « oui » l’a très largement emporté (60% dans la section, 71% au niveau fédéral), rejoignant d’ailleurs le vote du Conseil fédéral.
Les amendements (fédéraux et de section) ont tous été adoptés par la section. Après débat, et sur proposition de la Commission des résolutions, la Convention fédérale qui s’est tenue vendredi et à laquelle participaient nos trois délégués (Julien Landel, Gilles Marron et Didier Saco) a transmis au national les 22 amendements fédéraux qui ont obtenu plus de 50% de vote favorable (1/2/4/5/7/8/11/12/13/14/15/17/18/22/23/25/26/27/29/32/33/34) et 19 amendements de section. Elle a également décidé de transmettre au National l’amendement fédéral N° 16 (qui n’avait obtenu que 49% de votes favorables mais seulement 9% de contre, et que la Fédération sera probablement la seule à porter) et plusieurs amendements de section qui n’avaient pas fait consensus au sein de la Commission des résolutions ou ne lui étaient pas parvenus à temps. Notre Fédération, dans toutes ses composantes (commissions fédérales, sections, convnetion) aura donc mené un sérieux travail d’amendement au texte présenté par le Conseil National.

Les résultats prouvent que le Parti Socialiste et ses adhérents se mobilisent pour l’avenir. J’appelle néanmoins chacun d’entre nous à faire preuve de retenue à l’extérieur du Parti. Notre capacité à mobiliser en octobre prochain à l’occasion des primaires dépendra de l’image que nous véhiculons auprès de nos sympathisants. Les ambitions de chacun et chacune sont légitimes, mais pas au détriment des valeurs qui nous unissent. La course aux élections ne doit pas être un prétexte pour briser l’unité retrouvée depuis plusieurs mois. Notre crédibilité est malheureusement encore fragile, soyons dignes de ceux et celles qui croient en nous et qui nous font confiance pour retrouver le chemin du pouvoir en 2012.