Les 10 ans de la victoire de la Gauche à Paris

Voilà 10 ans, déjà, que Paris s’est mis en mouvement. 10 ans que nous oeuvrons pour que tous les Parisiens habitent la même ville et qu’ils aient tous accès, sans distinction ni discrimination d’aucune sorte, à ce à quoi ils ont droit. Avant l’image de Paris, c’est en premier lieu l’image de la politique locale à Paris qu’il fallait changer en 2001 : « Changeons d’ère », le slogan d’alors, traduisait si bien l’envie de redonner aux Parisiens confiance en leurs représentants, et le droit de cité dans leur propre ville. Rappelons nous ce que Paris a été, la manière dont la Ville était gérée, les fautes d’urbanisme qui étaient une atteinte à sa beauté, sans parler des passe-droits généralisés et des électeurs fantômes. Depuis, la transparence s’applique à tous les domaines de l’action municipale : des commissions d’attributions de logements et de places en crèches se sont créées dans chaque arrondissement, pour lutter contre toutes les formes de clientélisme. Nous avons donc restauré une démocratie locale solide, forte de la création de 122 conseils de quartiers, de 4000 conseillers de quartiers, d’un conseil de la Jeunesse, de la vie étudiante, des Parisiens extracommunautaires. Aucune opération d’aménagement ne peut se faire aujourd’hui sans être accompagnée d’une large concertation. En 2010, le droit d’interpellation, qui permet à 3% des Parisiens majeurs qui signent une pétition sur un sujet municipal de le proposer à l’ordre du jour du Conseil de Paris, a parachevé cette attention aux avis des Parisiens. Extrait de la plaquette diffusée à l’occasion des 10 ans de la Victoire de la Gauche à Paris

Pendant ce temps, le Japon souffre

Après plusieurs longues semaines d’inertie, l’ONU a décidé d’intervenir en Libye. Nicolas Sarkozy s’est vu offrir sur un plateau médiatique les rènes de la communauté internationale pour quelques heures. Si cette réaction militaire n’est pas illégitime en soit, elle arrive bien tardivement. Pendant ce temps, le Japon souffre des conséquences du tremblement de terre et craint une catastrophe nucléaire. Certains de nos ministres ont cru bon de fanfaronner et de vanter la supériorité de nos centrales ; Sarkozy quant à lui d’ignorer les interrogations que suscitent la perte de contrôle de la situation à Fukushima. Ce week-end, les Français ont quant à eux voté à l’occasion des cantonales, dans la quasi indifférence générale. L’actualité s’enchaine chassant inlassablement les nouvelles les unes après les autres.

Les cinéastes européens se mobilisent pour sauver le programme media

La Commission européenne aurait décidé de la suppression de l’indépendance du Programme Média. Les inquiétudes quant à cette suppression dépassent très largement les murs du Berlaymont, la tour de verre bruxelloise abritant les commissaires européens.


Les réalisateurs européens et producteurs européens, sont extrêmement inquiets devant la remise en cause programmée de Media. Ce programme, lancé il y a 20 ans, a contribué à bâtir une véritable industrie du cinéma européen et à aider à la création d’œuvres majeures faisant partie aujourd’hui du patrimoine européen. Elles n’auraient jamais vu le jour sans ce programme. Les deux tiers de son budget sont consacrés à une meilleure circulation du film européen en organisant des aides aux exploitants indépendants (réseau Europa Cinémas) et aux distributeurs. Cette circulation des films européens est d’autant plus nécessaire à l’éducation du jeune public, à la création de goûts culturels diversifiés, dans un contexte de plus en plus formaté, dans un environnement audiovisuel très concurrencé par des acteurs d’autres continents.

 

Abandonner ou fusionner ce programme dans une autre direction,  ce serait se déclarer d’ores et déjà vaincus dans cette belle bataille qu’est la promotion de la diversité et de la richesse des œuvres audiovisuelles européennes, d’une culture, d’un mode de vie et de pensée, autant que de la défense d’emplois et de multiples industries européennes défendues à travers nos images.

 

Signer la pétition sur http://www.larp.fr/home/?p=2257