Les 1000 recommandations de la commissions des affaires culturelles

Loin d’être avare en réunion de travail, la Commission des Affaires culturelles et de l’éducation a publié ce 15 février un rapport sur les « recommandations faites par la commission des affaires culturelles depuis 2002 ». 10 ans d’avis, de propositions, de recommandations, de contrôles.

 

L’accélération du temps politique, et donc parlementaire, contraint les députés à absorber toujours plus de propositions de lois et à augmenter les missions d’évaluation des politiques publiques. La commission, qui couvre 8 grands champs (cf. article précédent à ce sujet), a ainsi émis plus de 22 rapports d’information, et 85 avis relatifs aux projets de loi de finances sans compter les plus de 1000 recommandations qui ont découlées de leurs travaux.

 

C’est toute l’ambition de ce rapport dont on ne peut que suggérer vivement la lecture et qui se veut selon les propos de Patrick Bloche, à l’initiative de ce rapport, « un outil de référence et prospectif pour les réformes à venir ». La très riche liste des recommandations – autant politiques que techniques – ne sera pas égrenée mais il faut souligner le caractère inédit de cette démarche qui laisse place à la pluralité des opinions, et qui n’hésite pas à afficher la confrontation des points de vues entre majorité et opposition, quelques soient les Gouvernements en place.

 

La publication de ce rapport mérite donc une large publicité, non pas tant pour l’avalanche des chiffres ou de propositions, mais parce qu’elle est un juste reflet du travail remarquable et bien souvent sous-estimé voire occulté, des député-es toutes tendances politiques confondues qui se placent clairement dans une logique de contrôle et d’évaluation de l’action publique. Encore une fois, un travail qui va dans le sens de la transparence de la vie politique.

 

Le rapport d’information